Ça va pas être possible

dirtydirtydancing by Alistair Allan

Les quatre clubs toulousains le 7, le Maximo, la Dune et le Turtle se sont fait épingler samedi soir par les gars de SOS Racisme en plein « testing ». Comme d’habitude, on prend des couples WASP et blacks/beurs habillés pareils, on les mets à l’entrée d’une boite de nuit et on regarde qui rentre (ou pas). Seul Le Frigo sort indemne du test …alors que moi je n’ai jamais pu y entrer (mais le voulais-je vraiment ?) La méthode est évidemment contestable (échantillon non représentatif, choix du samedi soir généralement bondé…) mais j’aime bien les coups de pieds dans la fourmilière.

Source : La Dépêche & 20 minutes
Image : Copyright Alistair Allan on exciting DIRTY DIRTY DANCING

Back from Switzerland

En fait c’est pas mal la Suisse. Les paysages sont magnifiques, les gens sont adorables (leur accent un peu moins) et la vie a l’air bien paisible. J’imagine que sur la Riviera ça doit être moins cool, à l’image des ennuyeux villages de riches sur la côte d’azur. J’ai skié, j’ai bronzé, j’ai dormi, j’ai beaucoup ri, je me suis explosé le bide à coups de fondues… Bref, on ne le dira jamais assez : Prenez des vacances parce que le travail c’est pas la santé.

suisse

Dix Francs s’il vous plait

Payer en Francs Suisses, c’est un peu comme replonger dans un passé pas si lointain où il fallait convertir les Euros en Francs pour tenter de retrouver ses marques. Preuve que j’ai résolument adopté l’euro (comme la plupart des européens je crois), je me surprends à trouver l’usage du Franc incroyablement old school. Détail agréable, les jolis billets suisses me rappellent les Florins colorés au couleurs criardes. Je me demande juste ce que vient faire Le Corbusier sur le billet de 10 Francs alors que ce célèbre suisse s’est empressé de quitter son pays de naissance pour demander la nationalité française. Un bel hommage malgré tout (oui, j’aime Le Corbusier).

Francs suisses

First to fly A380…

Je me demande bien ce que serait Toulouse sans Airbus ? D’abord parce qu’à chaque fois que je rencontre quelqu’un, il ou elle travaille à Airbus ou dans une des nombreuses entreprises sous-traitantes. Ensuite, il y a l’A380 qui survole quotidiennement la ville et manque à chaque fois de créer un accident sur la rocade tant les abrutis automobilistes toulousains freinent pour lever les yeux au ciel. Enfin, je crois pouvoir déclarer sans forcer le trait – une fois n’est pas coutume – que « lorsqu’Airbus éternue, Toulouse s’enrhume. » puisqu’ici, le départ en retraite d’un employé d’Airbus suffirait presque à justifier une colonne dans La Dépêche du Midi

Bref, j’aime bien les avions, mais comme toujours, trop c’est trop. Tout ça pour expliquer pourquoi je viens d’avoir un petit sourire sadique en tombant il y a quelques minutes sur cette publicité de 2005 …et pourquoi je prends autant de plaisir à le partager. Niark niark niark (je suis bien cynique moi pour un mec en vacances dans quelques heures).

Singapore Airlines first to fly A380 in 2006

Tout le monde vient habillé mais tout le monde part à poil

C’est suffisamment rare pour être relevé : la crême de l’électro française sera à Toulouse demain soir. En tête d’affiche, Para One s’est fait remarqué par d’excellentes compositions sur les deux derniers albums de TTC. Mais surtout, son premier album solo « Epiphanie » est un petit bijou électro où le minimalisme numérique crée avec succès une mélodie d’une richesse étonnante. Alternant gros son club et harmonie nostalgique, cette album recèle de pépites dont le terrible « Dudun-Dun » qui justifie à lui seul le terme de « nouvelle French Touch ».

Moins connu, le très jeune Surkin sera également de la partie. Ce p’tit gars n’a pas grand chose à son actif : pas encore d’album, trois vinyls et quelques remixes. Et pourtant, sa courte carrière génère déjà une certaine excitation tant on sent bien que ce mec a des trucs à dire. En gros, Surkin c’est du son bourrin taillé pour le dancefloor. Chaque morceau donne envie de finir sa vodka Red Bull cul sec pour aller transpirer sur la piste. La version live qui nous attend demain soir a donc de quoi rendre impatient.

Je ne vais évidemment pas terminer mon post sans illustrer mes propos. Alors pour commencer, un excellent remix (ou plutôt une ré-orchestration ?) du « Dudun-Dun » de Para One par les très prometteurs bordelais de Adam Kesher1

On termine avec un morceau de Surkin… enfin non pas vraiment, il s’agit en fait d’un titre du futur album solo de Tekilatex (encore TTC) et plus particulièrement d’un duo avec Lio (!) pour le titre « Les Matins de Paris », le tout remixé par Surkin donc, CQFD.

En prime, une petite photo du concert d’Adam Kesher en concert à Toulouse en novembre dernier parce que c’était bien, parce qu’ils débutent et parce que leur single « Modern Times » vient de sortir et ne coute que quelques euros2.

PS : Le titre de ce post fait référence au titre « Musclor » featuring TTC (encore eux ? ahhh…) repéré sur la mixtape « Pour les filles volume 2 » de Cuizinier et présenté en version longue sur l’album de Para One.

[1] Encore des petits cons qui ont à peine le bac et balancent un putain de rock qui, faute d’être vraiment novateur, fait déjà bander.
[2] Moins de quatre euros sur l’iTunes Store !

J’ai 15 ans

Ma wardrobe crisis a trouvé son épilogue aujourd’hui. J’ai enfin trouvé un jean que j’aime. Bien coupé et original, il me va comme un gant et remplacera avantageusement mon Levi’s engineer de 2000. Mais ma bonne nouvelle n’est pas vraiment là. C’est plutôt l’insistance de la vendeuse qui m’a bien fait comprendre que non, je ne fais pas (plus) du 32 – désormais trop grand – mais bien du 30. Elle est pas belle la vie ?

boucle d'oreille

Pour fêter ça, j’ai acheté des boucles d’oreille de petit con. J’ai quelque part voulu rendre hommage au beau Justin Timberlake dont le clip « My Love » (superbe et très jacksonnien) a bercé ma nuit. Monsieur ex Britney et ex chanteur de midinettes a vraiment un album plein de pépites (et de bouses R’nB aussi). Il faut dire que si moi aussi je pouvais me payer les services de Timbaland, je ferais des tubes. Ce dernier, unanimement reconnu comme le meilleur producteur de la planète1 veut lui aussi s’acheter une crédibilité d’artiste et montrer qu’il n’est pas qu’une star des billboards. Du coup, il participe au prochain album de Björk. Il devra donc collaborer avec Mark Bell2 ce qui ne peut qu’exciter mon impatience croissante. Vous en doutez ? Alors c’est l’heure de se chauffer les oreilles avant de sortir en boites3. On commence donc gentiment avec Björk et le superbe « So Broken », un de mes morceaux préférés, interprété ici en compagnie d’un célèbre guitariste espagnol4 sur une version live d’un morceau inédit (du moins hors album).

On enchaine avec Justin et son tube « My Love » revu par DFA. Le meilleur de Timberlake5 et du label New Yorkais toujours en avance.

Et on termine avec Mark Bell aka LFO et le titre fou « Butterslut » extrait du maxi « Freak » qui accompagnait la sorti de son dernier album « Shealth » en 2003. Après ça vous devriez être prêt !

[1] Bon ok, il y a aussi les Neptunes.
[2] Dieu exsite.
[3] Non, je n’irai pas voir Boy George de passage à Toulouse ce soir.
[4] Je me souviens que le public espagnol était hystérique en entendant son nom à Bennicassim alors que je le découvrais pour la première fois.
[5] Timberlake… et donc Timbaland, à ne pas confondre néanmoins.

Rendons à César… Le titre du post m’a été inspiré par NeimaD. Le remix de Justin vient de l’audioblog Silence is a rhythm too qui fait du bien aux oreilles.