Ça marche pas ? Ah ouais c’est normal…

Je suis de mauvaise humeur aujourd’hui et faut pas me faire chier… C’est toujours ce genre de moment que mon PC choisit pour me prendre la tête. Déjà ce matin, je suis arrivé 10 minutes à la bourre à une conference call parce que Monsieur avait décidé que non, Netmeeting ne marcherait pas ce matin « because someone with the same username is already connected ». Du coup redémarrage obligé après plusieurs tentatives infructueuses. Évidemment mon PC a mis 5 bonnes minutes avant d’être vraiment opérationnel1. Mais en même temps c’est pas grave, je ne l’aime pas ce PC de merde dont la seule qualité est d’être rapide (sauf au redémarrage donc).

Bon là, je viens de recevoir un super flapitron flatron made in China donc je le branche sur le PC parce que tu vois moi, quand il y a plus de liquide lave-glace dans ma voiture, et bien j’ouvre le capot, j’enlève le bouchon et je mets du liquide et voilà. Alors là, comme un stupide mac-user que je suis, je branche l’écran… mais ça ne marche pas 2, parce que Windows il a besoin d’un driver me dit le mode d’emploi. Bon alors je m’exécute pour insérer le CD livré. Un mode d’emploi en PDF de 4 pages3 s’ouvre et m’explique comment installer le driver en 8 étapes. La dernière précise qu’un message d’erreur peut apparaitre plusieurs fois mais c’est normal, il faut faire comme si de rien n’était…

20070426_driver_install_error.jpg

Là, j’ai bondi et je me suis souvenu de cette soirée apéro mardi dernier chez Big où C. a eu le malheur de me demander la différence entre un Mac et un PC. J’ai bien aperçu mon hôte bailler mais comme je ne résiste toujours pas à saisir ce genre de perche, je me suis risqué à une petite explication. Ceux qui me connaissent se sentent déjà pris d’une profonde envie de dormir mais je les rassure, j’ai quand même fait des progrès ces 15 dernières années et j’arrive maintenant à condenser mon point de vue en 10 minutes au lieu des 2 heures auparavant nécessaires. Il faut dire que la remarque de C. était pertinente : « Tu défends le Mac ok, mais pourquoi t’en prendre à Windows ? » (Toute ressemblance avec un débat politique actuel ne serait que pure coïncidence…)

Je préfère le Mac parce que ça marche. Quand je veux faire quelque chose avec mon ordinateur, je le fais immédiatement. Je me sers de mon Mac comme n’importe quel autre outil du quotidien. Mon lave-vaisselle nettoie mes couverts sans broncher. Mon Mac lis mes mails, édite mes vidéos, retouche mes photos et surfe sur le web sans broncher4. Le fait est que je travaille sur PC au boulot tous les jours et la différence est saisissante : il y a toujours un truc qui ne va pas. Un coup c’est Outlook qui n’est pas content parce que x0F76DE2A, ensuite c’est IM qui quitte inopinément, puis je n’arrive pas à supprimer un vieux document soit-disant utilisé par une autre application, etc. À vivre au quotidien c’est insupportable. Mais pourquoi est-ce que je me plains alors que des millions d’utilisateurs quotidiens sont satisfaits ? D’abord parce que j’utilise mon ordinateur à fond (création graphique, bureautique, web, video, musique, programmation, etc.) et ensuite parce que j’ai un mètre étalon avec moi : mon Mac qui me rappelle tous les jours que l’informatique, ça marche plutôt bien en fait.

Voilà mon discours classique du « J’aime les Macs ». Mais pour revenir à la question initiale, si je m’en prends à Windows (et à Micro$oft en général) c’est parce que ce produit a complètement corrompu nos esprits et notre conception du rapport avec les machines. En 12 ans seulement, nous avons intégré la notion du « ça ne marche pas et c’est normal ». Je tiens Windows pour principal responsable de cette aberration. Je veux bien que l’informatique soit un domaine tellement complexe que le zéro défaut n’existe pas mais faut pas pousser non plus. En 2007, utiliser Windows tous les jours signifie régulièrement perdre son travail, rester béat devant un message abscons, pester contre une manipulation classique qui soudainement ne marche plus, etc. En face, le support informatique ou le pote informaticien aura toujours une réponse du genre « Ah mais c’est normal parce qu’en fait ce qu’il faut que tu fasses c’est… » Autant vous dire que ces gars là me craignent maintenant comme la peste parce qu’ils savent que je ne les laisserai pas s’en sortir avec ce genre de réponse.

Oui mais voilà, maintenant que papa surfe sur internet, sœurette tchatte avec ses copines et papi s’est mis au montage vidéo ; ce discours du “problème normal” n’est plus réservé aux informaticiens. Du coup, les réunions familiales verront toujours un oncle soi-disant calé en informatique te sortir que c’est normal si t’arrives plus à faire cette manip parce qu’il faut mettre un jour un truc mais il va passer à la maison pour me montrer comment faire. Putain mais je m’en fous ! J’ai autre chose à faire que passer des heures à mettre à jour mon PC. Et comme un malheur n’arrive jamais seul, je ne vous apprends rien en disant que l’informatique s’immisce partout dans notre quotidien. Résultat, parfois mon téléphone s’éteint, mais la gentille dame du service client m’a expliqué que « les téléphones sont tellement compliqués de nos jours, c’est comme les ordinateurs, parfois ça plante ». Ce discours est inadmissible. Arrêtez de me dire que c’est normal si ça ne marche pas. Je veux que ça marche et si parfois ça ne marche pas, je veux une vraie explication et une vraie solution. Je ne me ferai jamais à la médiocrité. Windows sucks.

Voilà, c’est dit. Et certains peuvent déjà me remercier parce que dorénavant, je ne vous saoulerai plus avec ça pendant les soirées. Vous pourrez vous référer à ce post et on gagnera du temps.

PS : Ouah, j’ai réussi à parler de Mac sans caser les mots “simple”, “design” et “ergonomie” !

[1] Comme prévu il y a quelques semaines, mon PC est maintenant très long à démarrer.
[2] En fait si, ça marche, mais l’écran est reconnu comme un VGA donc bonjour le revival Amstrad avec ses 16 couleurs…
[3] Il faut vraiment 4 pages pour expliquer comment installer un driver ?
[4] Ah bien sûr ce n’est pas parfait et j’ai d’ailleurs un cahier de doléances pour Steve Jobs.

Gueule de bois électorale

C’est marrant mais j’ai le ventre noué depuis hier. Ça a commencé vers 17h et ça ne s’est pas arrêté depuis. Mal dormi dans la chaleur de l’appartement qui avait bouffé du soleil toute la journée. J’ai enfin réussi à fermer les yeux vers 4h du mat pour les rouvrir à 8h. Je n’ai pas réussi à m’enflammer dans l’isoloir, pas plus qu’à 20h devant la télé. Les journalistes était nuls, à l’image des invités politiques tous contents de revenir à un bon vieux schéma gauche-droite. Dès lors c’était reparti comme en 40 ( C’est le cas de le dire vu ce qui nous attend…) avec de la langue de bois en veux tu en voilà. Y en aura-t’il un, juste un, pour dire que les idées de Nico sont inquiétantes et dangereuses ? Que Ségo va devoir prendre des cours d’expression orale avant le débat du 2 mai ? Que François préfère se taper 5 ans avec le roquet pour pouvoir à nouveau tenter sa chance aux prochaines élections plutôt que signer avec la gauche aujourd’hui. Les analystes se félicitent du formidable taux de participation en réaction au précédentes présidentielles. Moi je trouve que c’est au contraire un 21 avril bis, un référendum bis avec le “bal des faux-culs” pour reprendre les mots de Tapie bourré hier soir. Et puisqu’on peut commencer toutes ses phrases par “JE”, dire tout et son contraire et devenir président de la république, JE ne me suis pas privé pour ouvrir MA page MySpace alors que JE chie dessus depuis des mois. Mais JE suis comme ça et on ne ME changera pas. En fait non, tout ça n’est pas vraiment marrant ; pathétique au mieux. En même temps je ne sais pas pourquoi je “psychote” puisqu’on m’explique ici là que je n’avais qu’à voter Bayrou et puis qu’au final, ça ne changera rien à ma petite vie bourgeoise. Ouais ouais, excusez-moi d’avoir des rêves. Vive la république, Vive la France, Vive la révolution.

Rions un peu en attendant le résultat des élections

Ça faisait vraiment longtemps qu’une publicité ne m’avait pas fait rire et c’est enfin arrivé la semaine dernière devant la pub de Canal+. Entre temps j’ai tout fait pour la prendre en photo (impossible de trouver une photo de taille acceptable sur le web). J’ai oublié mon appareil photo, ensuite je n’avais plus de batterie et le jour où tout était ok, c’était mercredi… le jour où ils changent les affiches. Bref, mon Nokia m’aura une fois de plus bien dépanné et ça donne ça. Bon week-end ensoleillé et vivement dimanche (ou pas).

Cette chanson parle de l’hystérie qui est une maladie typiquement féminine, ouais, soignez-vous !

Garorock a tous les attributs d’un festival : son camp de réfugiés/Showroom Queshua, ses gobelets de bières coupées à la flotte, ses pissotières en plastique qui sentent la fraise tagada, ses teufeurs sous taz qui envoient du gros son bourrin pendant 3 jours non-stop, ses putains de tickets conso à échanger contre des sandwichs tout secs, etc. Cela étant, on voit tout de suite que ce n’est pas un festival comme les autres, sans doute parce que c’est Marmande et pas le Sziget. Du coup, l’ambiance est très cool et les gens sont détendus, c’est limite familial ! Rajoutez à ça une bonne sélection musicale à la hauteur des grands et vous obtiendrez un évènement au goût de « j’y reviendrai ». Seul reproche, le cadre du parc expo et ses hectares de goudron n’est pas très sexy. Un peu de verdure serait extrêmement bienvenue, même si c’est de la pelouse synthétique comme au formidable espace RedBull de Benicassim.

Côté musique, Vitalic est toujours aussi fort (« I’m just a little poney, Working in a funfair, Life has never been easy…) », bonne surprise du duo Digitalism qui assure aussi bien en live qu’en studio (qu’est-ce que j’aime ce putain de morceau « Pogo »), Undergang est toujours aussi enragé (et beau), ça fait tout bizarre de voir Joey Starr en vrai (où l’on réalise soudainement que ce gars est une vraie institution, comme Public Enemy), zappé le talentueux DJ Moule et les formidables !!! parce qu’en commençant les concerts à 17h j’ai pas réussi à tenir jusqu’à 2h du mat. On m’a expliqué que c’était ça de vieillir, moi je pense surtout que ça n’a jamais été facile d’attendre en buvant des bières pendant 9h sur une table de jardin au milieu d’un parking sans c.

Le samedi a évidemment été marqué par le concert des brésiliennes de Cansei De Ser Sexy (CSS pour les intimes). Les 5 butch girls et leur mec à lesbienne (l’équivalent de la fille à pédé… mais pour un mec) assurent et balancent tout leur album comme autant de tubes. C’est n’importe quoi, c’est drôle et ça pète bien.

Dimanche, après une petite frayeur suite à une rumeur d’annulation, les bordelais d’Adam Kesher ont plus qu’assuré devant un public conquis dès les premières minutes. Oui, parce que je l’ai déjà dit mais il faudra s’y faire : on n’a pas fini d’entendre parler d’Adam Kesher, de leur musique rock teintée d’électronique, de leur putain d’énergie sur scène à en faire pâlir Iggy Pop (oui j’exagère un peu à peine), de leur humour décalé (cf. le titre de ce post), de leurs chansons qui collent la patate, de leur paroles débiles et tant de choses qui font qu’Adam Kesher est génial. Ça y est, je suis officiellement fan.

À voir aussi, Adam kesher en live à Garorock sur France4 (ouais, j’ai vu Ray Cokes) et la critique de Trax.

Photos pourries prises avec mon Nokia et retouchées avec les polaroid de blackmagicman

L’empire contre-attaque

La France a jusqu’ici échappé à la déferlante Starbucks avec seulement une vingtaine de “boutiques” en France contre 80 en Espagne, plus de 500 au Royaume-Uni ou au Japon et plus de 9000 aux États-Unis. Le pire prédateur du café à la parisienne a sans doute du mal à justifier son concept dans un pays qui n’a pas attendu l’invention du “Cinnamon Dolce Latte with Sugar Free Syrup” – 160 calories au passage… contre zéro pour un expresso – pour découvrir le plaisir de se poser à une terrasse ensoleillée pour boire un p’tit noir, seul ou entre amis.

Mais la menace n’est pas toujours là où on l’attend – quoique là, on aurait pu s’en douter – puisque c’est « Mc Donald’s [qui] annonce l’ouverture de 300 Mc Café en France d’ici 2010. Ces corners designés par l’architecte Philippe Avanzi (10m² de surface commerciale minimum) proposeront plus d’une dizaine de cafés différents, mais aussi des viennoiseries, pâtisseries… » [Source CB Newsletter, jeudi 12 avril 2007] Youpi or not, nous aussi, français fiers de notre soi-disant exception culturelle pourront bientôt arpenter les rues du centre-ville un gobelet de café à la main. Inquiétés par la nouvelle loi anti-tabac et la hausse permanente du prix des cigarettes, les cafetiers n’ont qu’à bien se tenir. À moins que ce ne soient les boulangeries-pâtisseries qui aient du souci à se faire. Quant aux constructeurs automobiles français, ils vont devoir sérieusement penser à intégrer le porte-gobelet de série sur tous leurs modèles.

Photo d’origine par Sheila Steele retouchée et utilisée sous licence Creative Commons.

Attention, la lecture sur écran peut nuire à votre vue. Pour votre confort, lisez du texte imprimé sur papier 3 fois par jour.

Le danger du CO2 bientôt présent sur les publicités pour les voyages ?
L’Institute for public policy research (IPPR), un groupe de réflexion britannique, plaide pour la présence sur les publicités pour les vols aériens, les voyages et les voitures, de mises en garde sur les dangers des gaz à effet de serre, dans le même esprit que celles apposées sur les paquets de cigarettes concernant le tabac. Dans ce rapport sur le réchauffement climatique, l’IPPR recommande également que les tarifs des voyages incluent le coût de compensation des émissions de gaz à effet de serre. Il indique “qu’une information très visible permettrait de sensibiliser les voyageurs sur les conséquences de leurs déplacements sur l’environnement, notamment le réchauffement climatique.” Le groupe de réflexion a suggéré “Voler contribue au réchauffement climatique” comme exemple de slogan.
in CB Newsletter du 06/04/2007

Je me demande vraiment jusqu’où tous ces avertissements vont aller. Déjà que la nouvelle loi sur les « Pour votre santé, faites de l’exercice quotidiennement » me saoule, mais là je trouve que c’est n’importe quoi. Je ne remets pas en cause la “mise en garde”, mais je crois que tout ça relève vraiment du foutage de gueule. Au final, j’y vois deux dérives évidentes pour ce genre de texte.

Premièrement il dédouane complètement l’annonceur. J’en veux pour preuve les dernières pubs télé MacDo qui affichent un joli bandeau « Pour votre santé, évitez de manger trop gras, trop sucré, trop salé »… Amusant quand on sait qu’un menu BestOf 280 couvre à lui tout seul 71% des besoins énergétiques journaliers d’un adulte et 102% des besoins en sel ! En gros, tous les excès sont permis mais c’est pas grave puisque tu as dis aux gens de faire attention. Hop hop hop je me lave les mains, c’est pas de ma faute je vous avais prévenu. C’est tout de même très pratique !

Deuxième et dernier point, le message perd toute sa force puisqu’il illustre un propos contradictoire qui finalement le “décrédibilise”. Imaginez que les fabricants de piscines soient obligés de préciser « Un enfant meurt toutes les 20 secondes des conséquences d’un manque d’eau ou d’un accès à l’eau pollué ». Quel serait le but ? Faire culpabiliser Madame lorsqu’elle se baigne ou bien l’inciter à ne pas acheter de piscine. Je ne sais pas, mais je crois que tout cela n’aurait aucun impact sur les ventes et ne changerait rien au fond du problème (plouf).

Tiens, je vais aller fumer une clope moi.

2002 is back

Information à prendre au conditionnel, les renseignements généraux ont publié leur traditionnel rapport (bien qu’interdit depuis 3 ans) sur les présidentielles pour le ministère de l’intérieur (sic !) et voient un second tour Sarkozy-Le Pen… Je me sens étrangement serein pour un citoyen qui aura bientôt un président nazi…

Illustration par les toulousains de La vie est belle inspiré par les Guignols.

Cette voiture n’est pas pour moi et c’est tant mieux !

Montre-moi ta voiture et je te dirais qui tu es. Si j’ai une micra ce n’est pas pour rien. Elle est petite et ludique ce qui résume plutôt bien ce que j’attends d’un véhicule. Pour toutes les marques – de voitures ou n’importe quel autre produit de consommation – il est essentiel de se “positionner” pour “cibler” une certaine tranche de la population et permettre au consommateur de “s’identifier” au produits, d’adhérer aux “valeurs” de la marque. Oui c’est puant, mais c’est comme ça que ça marche alors ne faites pas semblant d’être surpris. On connait la ménagère de moins de 50 ans mais il y a une multitude de groupes, de la niche à la masse. Dans la catégorie des winners, arrivistes et autres “m’as-tu-vu”, VW a tout compris avec une gamme complètement en phase avec ses clients (ou est-ce l’inverse ?) La poleau pour le fils à papa, la golfeu pour le jeune premier, la passatte pour le jeune père de famille, le (la ?) touraneu pour le quadra séducteur… Désolé pour la généralisation nécessairement abusive, mais je vois dans leur gamme tout ce qui fait que jamais je n’achèterai leurs voitures aussi austères que prétentieuses. Leur dernière campagne de presse ne fait que me conforter dans cette position.

PS : Que les messieurs de VW me pardonnent mon cynisme mais, d’un autre côté, ils savent très bien qu’ils ne voudraient pas me compter parmi leurs clients. Et je précise aussi que je n’ai pas plus d’action chez Reno-Nisan que VW.

Ça tourne au penthouse Printemps 2007

Que de stress avant de partir en week-end mais ça va mieux depuis que mon site remarche après 48 heures d’interruption. Bilan, j’ai écouté ma compil au boulot aujourd’hui (Narcisse, si tu me lis…) et la qualité audio m’a donné envie de vomir. J’ai donc ré-encodé tout ça et maintenant c’est bon, vous pouvez monter le son et lancer la musique. En voici une petite légende à lire en écoutant tout ça parce que je ne peux pas m’empêcher de parler (de musique).

  1. Bloc Party – Song For Clay (Disappear Here). Deux ans après un premier album phénomène, je n’accroche pas au deuxième opus de Bloc Party… si ce n’est ce morceau d’ouverture qui sent bon la rage du désespoir.
  2. MSTRKRFT – Paris. Extrait du superbe premier album “The Looks”, “Paris” me donne envie de traverser la capitale à toute vitesse tel un Claude Lelouch aux aurores.
  3. Radioclit feat. TTC, Ears, Skepta & Tinchy Stryder – Mature Macho Machine (Solid Groove And Sinden Remix). La voix des gars de TTC est un vrai instrument de musique. La preuve avec leurs nombreuses collaborations de DJ Vadim à Modeselektor et le petit dernier de Radioclit. J’en suis à la trentième écoute et je bloque toujours.
  4. Justice – Phantom (Crimp Yr Hair remix). Les parisiens de Justice se font attendre. Toujours pas d’album mais déjà un putain de parcours. Chaque single place la barre de plus en plus haut et “Phantom” est le dernier en date (à moins que ce ne soit “D.A.N.C.E.” ?)
  5. Javelin vs. Polytron vs. Kompleksi – Moscow 1980. Ça sent bon la console Atari et le goûter aux BN. Et en plus, je suis sûr que les chanteuses sont belles comme des bonbons Haribo.
  6. Joakim – Love-Me-2. Ma plus grosse claque de ces derniers mois avec l’album “Monsters & Silly Songs”. Un mélange improbable de rock, pop, techno, etc. Ce morceau est évidemment mon préféré, et pas uniquement parce qu’il me donne envie de faire l’amour.
  7. Simian Mobile Disco – It’s The Beat. Même topo que pour Justice : toujours pas d’album mais un parcours sans faute avec des singles qui tabassent dont le célèbre “Never Be Alone”. D’où Simian, d’où Justice, CQFD.
  8. DJ Mehdi – Signatune (Thomas Bangalter edit) En plus d’être excellent, ce morceau vient accompagné d’un très bon clip qui me donne envie de tuner ma micra.
  9. Au Revoir Simone – Fallen Snow (The Teenagers Remix) L’album des belles demoiselles d’Au Revoir Simone s’écoute tout seul mais il manque de peps. Ce joli remix apporte de la profondeur à “Fallen Snow” et le résultat est tout simplement beau.
  10. Animal Collective – People. De la musique américaine pour changer un peu avec ce collectif alternatif aux accents pop folk oui, mais en beau et pas chiant.
  11. Gabriel Ananda – Ihre Personliche Glucksmelodie (Freeform Five remix). Je craque complètement sur ces sonorités contemporaines très 90’s juste parce qu’il me rappelle pourquoi j’adore Underworld et les Chemical Brothers.
  12. Agoria – Wrong Line. La musique d’Agoria est riche en émotion, que le morceau soit violemment techno ou, comme c’est le cas ici, savoureusement down-tempo. Et en plus, une fois n’est pas coutume, ça chante en français.
  13. Clark – The Autumnal Crash. Le dernier p’tit gars de l’écurie Warp a pondu un album magnifiquement pointu. À la question « Et si Aphex Twin couchait avec Mark Bell ça donnerait quoi ? » La réponse est là.
  14. Soko – I’ll kill her. Petit craquage pour cette balade (encore un coup de fluokids). Une voix douce et sucrée, un air de folk et des paroles drôles et nostalgiques. I will call you back.
  15. Mahogany – One Plus One Equals Three Or More. Ah mais pourquoi j’aime ce putain de morceau rock qui sonne tellement déjà entendu ? En plus le fondu de fin est vraiment pourri. Bon ok j’arrête là.

Week-end nawak

vendredi 15h. Réunion avec mon ancien employeur qui nous a vendu comme des malpropres 3 ans plus tôt. C’est la quatrième fois que je suis gentiment recontacté pour aider gracieusement cette multinationale incapable de mettre à jour son site web. Il s’agit cette fois de les aider à déployer une usine à gaz dont je tairai le nom. Je croyais que personne n’était irremplaçable ?

vendredi 20h. C. m’invite à une représentation de Madame Butterfly. C’est la première fois que je vais à l’opéra. Incapable de comprendre l’italien1 je bloque sur la qualité du son qui émane de la fosse de l’orchestre. Je n’ai jamais entendu une acoustique aussi exceptionnelle2. Dis Monsieur, je peux inviter Vitalic à venir jouer ici ?

samedi 16h. Le vendeur de sous-vêtements me glisse sa carte perso dans la poche le sac plastique qui accompagne mes achats. Je ne suis pas intéressé mais flatté par le geste. Je crois que j’ai retrouvé mon mojo.

samedi minuit. Débat politique autour d’un succulent filet mignon. Je m’enflamme sur « Pourquoi Sarko ne doit pas gagner. » Ce sera ma B.A. de la journée. Après m’avoir bouffé du regard pendant tout le repas, le serveur du restaurant me lance un « Vous partez déjà ? Attendez, je vous offre le champagne ! » Mon nouveau mojo assure.

dimanche midi. Barcelone tout droit, Toulouse à droite. Allez, va pour Barcelone. Rendez-vous dans Gràcia pour picoler avec Freaky Martin jusqu’au bout de la nuit. Passage au toujours aussi merveilleux restaurant La Fianna pour un dîner divin mais non fumeur. C’est donc ça qui nous attend l’année prochaine ? Putain ça va changer mais ça va être bien.

lundi midi. Après 4 heures de lutte contre le vent sur l’autoroute, j’arrive un peu tardivement au boulot. Passage à l’infirmerie : « Bonjour, euh… Vous avez quoi contre la gueule de bois ? »

lundi 19h30. Je ne sais pas comment j’ai fait pour rester au boulot aussi tard vu mon état. Un petit mot de Supermario m’attend sur la table de l’appart. Il a trouvé une chambre et a déménagé hier. Le penthouse me semble soudainement bien vide mais j’en ai maintenant la jouissance exclusive.

lundi 21h. Debriefing du week-end avec Filou autour d’un savoureux blanc Haute-Serre. Play. « And now, Heroes continues… »

[1] Oui je sais, je n’ai aucune excuse.
[2] Je vais arrêter de fantasmer sur les enceintes à 1000 euros l’unité à l’auditorium de la fnak.