Tous des pourris

Hier matin au tabac, trois vieux messieurs discutaillaient SoGé. Le béret rivé sur la tête, ils s’indignaient face à ces milliards d’euros perdus, recommandant à tous les clients d’immédiatement clore leur compte. C’était magique d’assister à une telle conversation matinale et j’ai volontairement trainé au rayon des magazines pour ne pas en rater une miette. Leur discours manquait de documentation et il était clair qu’aucun d’eux ne brillait en économie mais le fond était là : comment peut-on humainement réagir à un gars qui vous dit calmement qu’il a perdu 5 milliards – et c’est pas grave – lorsqu’on gagne quelques centaines d’euros par mois ? Je serais bien intervenu lorsque la discussion a tourné au un peu facile « tous des pourris » mais comme je suis moi-même souvent tenté par ce genre de réaction…

Tenez par exemple, je viens de lire que notre Président-Gloire à Satan « a choisi un dessin de l’artiste-graveur Yves Beaujard […] qui prendra place sur les timbres français à partir du 1er juillet prochain, date du premier jour de la présidence française à l’Union européenne. »[1] Alors forcément je m’indigne « Quoi ? Et en plus il choisit même nos timbres ? » J’apprends alors « qu’à l’occasion de chaque nouveau mandat, le président de la République confie à La Poste la mission d’émettre une nouvelle Marianne. »[2] Soit, pourquoi pas, mais quand je vois les goûts du président en terme de costumes ou de musique, je m’inquiète un peu du nouveau timbre… Et force est de constater que la nouvelle Marianne se rapproche plus des timbres de la première moitié du XXe siècle que des récentes versions un peu plus originales. En même temps, plus je la regarde et plus je lui trouve des traits tirés (sévères ?) à la Ségolène, détail qui n’aurait sans doute pas manqué d’être soulevé par les médias si elle avait été élue.

laposte_timbres_marianne.jpg

Sources: [1] newsletter cbnews.fr daté du 30 janvier 2008. [2] laposte.fr.

L’industrie du siècle passé

usine.jpg

Noyé par l’actualité franco-française auto-centrée sur notre cher Président-Gloire à Satan[1], je note deux dépêches du monde de l’industrie/économie qui, coup sur coup, me font bien plaisir.

La première concerne le rachat de MySQL par Sun Microsystem pour la bagatelle d’un milliard de dollars. Cet n-ième rachat pourrait se perdre dans l’encyclopédie pas vraiment passionnante des fusions/acquisitions s’il n’y avait ce détail : MySQL est une entreprise (suédoise) qui propose des logiciels open source. Ainsi donc, pour faire court en paraphrasant TechCrunch, ce rachat démontre que « l’Open Source est un modèle économique ».

Deuxième dépêche à propos d’EMI qui annonce la suppression de 2000 emplois. Là encore, il s’agit seulement d’un n-ième plan de licenciement[2] dont je ne me réjouis guère. Pourtant, cette information est à mettre en parallèle avec la fin tant attendue des protections DRM. Elle montre que ça va mal pour eux… mais surtout pour le business model du monde de l’industrie musicale. Là encore, pour faire court en paraphrasant je-ne-sais-plus-quel-blog, c’est « La fin d’une industrie du XXe siècle ».

Ces deux informations me réjouissent car elles tendent à confirmer la fin des modèles économiques qui régissent le monde occidental depuis un siècle. Ou plutôt devrais-je dire, elles affirment l’avènement de modèles alternatifs plutôt décriés jusqu’à présent. Et Dieu sait que je suis un fervent défenseur des alternatives et de la diversité qui en découlent.

Sources: [1] Copyright Gawoul. [2] « Plan de sauvegarde de l’emploi » comme on dit aux RH. Image originale par Steamtalks utilisée sous licence Creative Commons.

¥€$

L’excellent Bastardgraphics vient de réaliser un t-shirt pour Farenheitprod. Cette fois, l’artiste français délaisse le graphisme et les effets visuels pour se concentrer sur un message simple : « My Curr€ncy’s better than your$ » imprimé en blanc sur fond noir. Ça me rappelle le superbe autocollant qu’arborait fièrement le mari texan de mon ancienne boss sur son 4×4, le bon goût en moins. Du coup j’hésite à me l’acheter pour mon prochain voyage transatlantique. Mais en fait non… Dommage que les américains n’aient aucun sens de l’humour à ce sujet.

us_vs_france.jpg

Source : Guillotine

Make anything

Lego a 76 ans et fêtait en silence les 50 ans de sa célèbre brique il y a 15 jours. Je pourrais en parler pendant des heures mais je vais faire court.

Dans les faits, l’entreprise danoise vend 7 boites par seconde dans le monde et a surmonté la crise du jouet malgré les récentes pertes financières et la fin de son brevet en 2002 (procès contre les canadiens de Mega Bloks). L’arrivée de Lego dans le monde du jeu vidéo a sans doute bien aidé (ahhhh, Lego Star Wars…) Sur la toile, le Lego est une source d’imagination intarissable pour les geeks et les adeptes du DIY. Pour preuve, tapez le mot clé Lego sur make.

Ma dernière boite remonte à mes 18 ans, date à laquelle mes parents ont décidé que j’étais trop vieux pour avoir des Légo à Noël, ils paieront pour ça un jour… J’adorais les Lego mais j’étais également fasciné par les instructions d’une clarté irréprochable qui a dû inspirer les notices Ikea. Je suis inflexible sur ce point : les mecs qui n’arrivent pas à monter un meuble Ikea doivent vraiment être nuls.

Pour finir, quelques liens en vrac, suivez le guide :

janeck_lego.jpg

Mario in da space

Je suis en plein Super Mario Galaxy[1] et je manque de qualificatifs pour partager mon enthousiasme. Pour ceux qui ne sont pas au courant, Super Mario Galaxy est un jeu de plates-formes dans l’espace en 3D. Chaque tableau correspond à une planète et Mario se déplace donc sur une sphère dont la gravité vous maintient au sol. Dès la première minutes du jeu, je me suis amusé à jouer avec cette gravité, à me retrouver la tête à l’envers et sauter dans le ciel pour passer d’une planète à un satellite. Le plus incroyable concerne ces planètes sur lesquelles on se surprend à courir dans tous les sens à la recherche d’un objet en se disant « putain mais c’est quand même pas si grand que ça une boule ?! » Et bien si, c’est vachement grand 4π2 en fait[2]. Bref, j’ai pas d’action chez Nintendo[3] mais jouez-y, c’est de la balle.

Et donc à la base je n’étais pas parti pour vous parlez de ce jeu mais j’ai immédiatement fait le rapprochement en voyant les photos des « Wee planets » d’Alexandre Duret-Lutz. Je trouve ça excellent et je compte bien m’y essayer très prochainement puisque ça n’a pas l’air très compliqué en fait, la principale difficulté est, comme toujours, d’avoir de la thune pour s’acheter un bon appareil et du talent pour prendre une belle photo.

[1] Mais je débute hein, je n’ai « que » 23 étoiles pour le moment
[2] Tient, j’ai un neurone qui a retenu cette formule…
[3] Pas plus que chez Apple contrairement à ce que certains croient

Source: écrans.fr. Image d’Alexandre Duret-Lutz sous licence Creative Commons.

Merci beaucoup !

Je ne fête jamais mon anniv’ le jour même parce que la date est trop proche du réveillon. Tout le monde soigne sa gastro et décline poliment l’invitation pour se poser un peu, ce que je comprends. Mais cette année, je suis comblé par une excellente petite soirée improvisée à laquelle presque tout le monde a répondu présent malgré mon invitation tardive. Cerise sur le gâteau, j’ai eu plein de super cadeaux.

Mille mercis pour le Champagne, Steven !