on

L’expression “digital native” désigne la génération née après 1993, censée être tombée dès le berceau dans la marmite des nouvelles technologies

In L’Espresso de Télérama.fr du 22 janvier 2008.

À ne pas confondre avec le “over connected” qui peut avoir plus de 15 ans et moins de 500 amis sur maïspace enfin bref, un geek, businessman ou jeune cool qui ne peut imaginer rester plus de 24 heures sans se connecter via un gadget numérique.

Le point commun entre ces 2 individus ? Ils font bander les boites de produits hi-tech comme jamais auparavant. Enfin des mecs (mais pas que) qui veulent tout et toujours plus sans jamais remettre en cause la futilité réelle ou l’utilité supposée de la chose. Pas étonnant que ces deux néologismes soit de plus en plus cités par les PDG et autres CEO de Wall Street ces derniers mois.

iphone.jpg

Illustration : photo par niallkennedy utilisée sous licence Creative Commons.

VHS ou Beta

Bon ça y est, la pitoyable guerre Blu-Ray contre HD-DVD est terminée. Sony réussit enfin à imposer un standard et je les félicite (ça me fait mal au cul d’écrire ça) car la marque nippone n’en était vraiment pas à son coup d’essai depuis le Betamax (concurrent du V2000 et VHS), le Minidisc (concurrent du DCC et surtout des CD-R et -RW), l’ATRAC (concurrent du MP3, AAC, etc.) et de l’UMD (mais si, la petite cartouche qu’on met dans la PSP). Après 40 ans d’échec (oui ok, il y avait quand même le CD, format co-développé avec Philips), ils doivent sabrer le champagne à Tokyo.

L’autre bonne nouvelle pour Sony, c’est un argument de plus pour promouvoir sa PS3 (Souvenez-vous de la PS2 qui, il n’y a pas si longtemps que ça, s’était imposée en partie grâce à l’incroyable argument “et elle lit aussi les DVD”). Last but not least, Sony devrait se faire des couilles en or sans rien faire grâce à la magie des royalties au même titre que Philips toucha le gros lot pendant 50 ans grâce à la cassette (En fait, je crois me souvenir que Philips avait ouvert son brevet sur la cassette, il faudra que je vérifie…) puis le CD.

Un jour, si j’ai le temps, je me pencherais sur la guerre médiatique qui a entouré cette guerre des formats. Parce qu’au final, on se sait pas trop pourquoi la situation a soudainement tourné à l’avantage du Blu-Ray en l’espace de 2 mois. À partir de Noël, les spéculations des médias en faveur du Blu-Ray ont évidemment fait pencher la balance alors que les spécialistes eux-mêmes ne savaient toujours pas lequel choisir. Et c’est toujours comme ça avec les guerres industrielles, le VHS s’est imposé au début des années 80 alors que ses concurrents étaient supérieurs et moins chers (mais le catalogue de titre était supérieur ?)

Au final, on s’en fout pas mal de tout ça, vu que notre musique est en mp3 depuis un bon moment, que nos films sont en divx (légalement ou pas) ou en VOD sur nos crétins-box. Non parce qu’entre nous, quelqu’un a acheté un DVD dernièrement ?

Image from Terra Media

Tu viens jouer à la poupée ?

Bleu pour les garçons et rose pour les filles, un grand classique que j’aimerais bien voir évoluer. Non pas que je sois fan du vieux rose, mais juste parce que l’idée sous-jacente suggère une transmission de la sexualité par l’environnement, soit le vieil adage « les chiens ne font pas des chats ». Alors quand un grand fabricant de jouets se penche sur le rapport qu’ont les parents avec les jouets de leurs enfants, on se dit qu’on est au XXIe siècle et que les choses ont certainement changées. « Oui » dit le rapport et « les parents nés après la lutte féministe des années 70-80 ont modifié leurs comportements dans l’éducation de leurs enfants » mais « les garçons doivent toujours avoir des attitudes viriles » et « les pères comme les mères ne les laisseraient pas utiliser uniquement des jouets à connotation féminine (dînette, aspirateur, poupées féminines…) ».

Contre toute attente, « ce sont les mères qui sont les plus ambigües sur le sujet… et toutes admettent la crainte de l’homosexualité masculine ». Cerise sur le gâteau, « Le mythe concernant le fait que la déviation sexuelle de leur enfant serait due à leur éducation, perdure. Ils restent persuadés que s’ils ne transmettent pas une certaine virilité ou féminité à leur enfant,celui-ci est à haut risque de devenir homosexuel. Les jouets et les activités sportives ont alors, pour eux, le pouvoir d’agir sur le devenir sexuel de leur progéniture. Il est aussi étonnant de voir que s’ils arrivent à énoncer ces craintes, ils ne le font que pour les garçons mais n’évoquent que très peu l’homosexualité féminine qui semble être un tabou inénarrable bien que présent dans leur mental. »

Parents (et futurs parents), prenez-en de la graine. Et puis si vous résistez, sachez que vous n’arrêterez pas vos enfants aussi facilement. N’oubliez pas que rien n’empêche une petite fille d’utiliser une barbie™ en guise de marteau pas plus qu’à un garçon de s’amuser avec ses playmobil™.

playmobil_fuck.jpg

Source: Rapport de 2004 disponible en PDF via le blog de Chondre. Image par Anroir utilisée sous licence Creative Commons.

Le mot du jour : probiotique

actimel.jpg

En gros, il semblerait que le bifidus actif soit un probiotique mais comme le marketing aime les mots nouveaux… En tout cas, l’article de Wikipedia à ce sujet est plutôt suspect et on peut se demander si ce n’est pas une compagnie de yaourt qui a rajouté ces informations. Bon en même temps, acheter des tonnes de petits pots en plastique pour se taper 100ml de yaourt liquide chaque matin, ça ne m’a jamais fait rêver.

Image : scan d’une pub dans la presse cette semaine.