Ça tourne au penthouse Printemps 2008

  1. Hot Chip est déjà une valeur sûre pour commencer une compil. Ils ont la patate et savent chauffer une salle juste comme ça, dès le premier morceau.
  2. La voix extra-terrestre d’Antony vient se poser sur « Blind », un ovni pop néo-disco. Le résultat est dansant ou inquiétant, au choix.
  3. Découverts sur myspace l’année dernière, les australiens de Muscles ont sorti leur premier album aussi barré, pêchu et touchant qu’un teenage moovie.
  4. Les canadiens de Caribou voient leur « She’s The One » passé à la moulinette Hot Chip (oui, encore eux) pour huit minutes d’émotion électronique.
  5. Certes, les Robots In Disguise n’ont rien inventé mais « Turn It Up » est sombre et puissant, dans la grande tradition du rock anglais.
  6. Lorsque Soulwax remix le « Round Round » des Sugababes, j’ai soudain une furieuse envie de m’acheter des platines pour démarrer un mix enflammé.
  7. Au tour de M.I.A. de se lâcher sur son célèbre morceau « Boys » aux faux airs de Rocky sur ce remix de Digitalex.
  8. Michael Mayer et Superpitcher aka Supermayer ont digéré l’envoutant « Tiergarten » de Rufus Wainwright pendant plus de 13 minutes et il fallait bien ça.
  9. Calvin Harris est un jeune écossais qui, avec ses morceaux pop électro mériterait sa place au Top 50. Ce morceau « Girls » pourrait bien être son premier tube.
  10. Mark Ronson s’attaque à Air pour un résultant surprenant, fusionnant la French Touch et le Hip-Hop US.
  11. Le « D-Side » de Gorillaz est assez décevant mais il recèle quelques pétites comme cette version démo de « Don’t Get Lost In Heaven » aux airs de reggae.
  12. C’est à se demander si James Murphy n’a pas inventé un style musical unique dans lequel LCD Soundsystem brille seul, avec beaucoup d’éclat. La preuve avec ce double morceau « Freak Out/Starry Eyes ».
  13. Aussi jolie que la mélodie des premiers Zelda, Laromlab revisite Daft Punk et son célèbre « Aerodynamic » en version 8 bits.
  14. Snoop Dog revient là où on ne l’attend pas, à coup de voicoder que Cher ne renierait pas.
  15. J’aurais plein de choses à dire sur Miami, mais Róisín Murphy le fait tellement bien que je préfère me taire.

Comme d’habitude, un clic sur la pochette. Bonne écoute, et n’oubliez pas d’acheter ce qui vous plaît.

South Park, l’intégrale

Temps de merde… Et pourtant la plus belle nouvelle depuis bien longtemps débarque comme ça, là, maintenant et tout de suite, sans prévenir : Hallelujah mes frères, les 12 saisons de South Park sont désormais disponible gratuitement en ligne et en anglais sur le site officiel southparkstudios. Champagne pour tout le monde, c’est moi qui régale !!!

Source : Numerama

Bien bien

Il y a des week-ends comme ça où tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. Ouverture des festivités avec la réception de mes tant attendus éditions collectors des singles de Björk (Earth Intruders, Innocence, Declare Independance) en vinyl, cd & dvd. Clôture avec le virage à gauche de Toulouse après 37 ans (TRENTE-SEPT ANS !) à droite. Entre les deux, des très bons moments avec cousin, cousines, copains, copines. Ahhhh, pour une fois que j’ai pas envie de me suicider un lundi matin au boulot…

Dédale musical et lumineux

daedelus_live_toulouse.jpg

Vous ne le saviez peut être pas (Et je ne peux pas vous en vouloir vue l’ampleur de la communication faite autour de l’évènement…) mais Daedelus jouait hier soir à Toulouse. Qui ça ? Daedelus (et non Daedalus, comme Dédale en anglais), un jeune californien aux mains expertes dont le premier “vrai” album Exquisite Corpse est sorti en 2005 chez Ninja Tune, suivi par l’enivrant Denies The Day’s Demise un an plus tard. Sa musique est plutôt indéfinissable, quelques part entre scratch ambiant et hip-hop expérimental. Ses nombreuses collaboration ou featuring avec Prefuse 73, TTC, Busdriver, Diplo et MF Doom permettent de situer un peu mieux le jeune homme. Mais, contre toutes (mes) attentes, Daedelus n’a pas fait un live mais plutôt un mix. Pas de platines mais une matrice composée de 16×16 touches lumineuses qui ressemblait à un Tenori-On fait maison. Un objet tout con à mi-chemin entre le sampler et la table de mixage. De quoi bien bloquer pendant tout le set aux sonorités certes un peu trop cheasy, mais il nous avait prévenu. Au final, un superbe exercice qui mélangeait ses propres compositions avec du Nirvana, Portishead et Timbaland. Épatant !

Mais la véritable surprise venant de la première partie où 2 français aux looks improbables lacoste/geek ont balancé des morceaux magnifiques, destructurant à volonté des originaux un peu trop formatés. Aphex Twin et Squarepusher étaient volontiers cités en référence via des samples et autres voix enregistrées. Le concert a pourtant commencé par des sons bien planant à la M83 pour se terminer par du « triturage » de voix à la Modeselktor. Une vraie réussite pour un duo qui aurait pu voler la vedette à Daedelus si on leur avait offert plus de 30 minutes. Ah mais au fait, il y avait juste écrit « Daedelus + Guest » sur le flyer alors c’était qui ces excellents p’tits gars ? Quelqu’un sait ?

Trou au cul

En ce lendemain d’élection, je ne parlerai pas politique parce que je fais la gueule suite à la défaite de mon père dans le petit village de Don Camillo. Moi, j’aurais bien vu ma maman en première dame du bled. Bref, parlons peu, parlons futile. Je m’habille aussi bien dans des magasins-pourris-en-zone-commerciales-ouvert-le-dimanche que dans des boutiques-où-jamais-je-mettrai-ce-prix-là-dans-des-fringues. Donc qu’elle est la différence entre un jean pull&bear à 29€, un levi’s à 89€ et un energy à 139€ ? Aucun, ils deviennent tous de la merde très rapidement. Au détail près que le moins cher a tenu 6 mois et le plus cher presque 2 ans (mais ça revient quand même plus cher). N’empêche que, va savoir pourquoi, ils ont tous décidé de me lâcher en même temps. Pas content, pas content…

Photo : mes 3 jeans du moins cher au plus cher.

Copinage tonight

J’aurais dû avoir les photos de la séance au studio samedi dernier. J’aurais ainsi pu partager les gentils délires face à l’objectif. Mais comme je n’ai toujours rien en vue… Allo Guillaume ? Pourquoi c’est en ligne sur ton maïspace et nous on a rien ? Bref, je me console avec le flyer/sticker de la soirée. À ce soir !

Regarde c’que j’écoute

les sons s’accumulent à la porte d’iTunes telle la grêle sur la terrasse cet après-midi. Il y a des MP3 partout, ils se ressemblent mais ils ne font pas le même bruit. Certains iront presque directement à la poubelle alors que d’autres affichent déjà plus de 20 écoutes au compteur. En même temps je ne devrais pas m’en sortir trop mal car je suis plus fort pour trier ma musique que pour m’occuper du courrier qui jonche mon bureau. Alors cette compil elle approche ? Ouais évidemment, j’aime bien faire ça et ça sera dans la boite d’ici la fin du mois. Il faut juste que je trouve la bonne méthode, celle que je n’ai jamais réussi à suivre depuis toutes ces années. Les derniers morceaux écoutés, c’est pas mal non ? Ou alors les morceaux récents les mieux notés ? Putain elles sont fortes ces listes intelligentes, mais elles ne font pas un bon DJ pour autant. Mais j’y pense, depuis des mois que mon LastFM scrute mes faits et gestes musicaux, je pourrais peut être en tirer quelque chose ? Je me lancerais bien dans la programmation d’un truc pour mouliner tout ça, mais – comme toujours – il y a des gars qui y ont pensé avant moi et c’est tant mieux – pour une fois. Le résultat ne m’aide pas trop mais il est magnifique (et en plus tu peux cliquer sur l’image pour la voir en grand). J’en tire deux conclusions : premièrement, je ne me renouvèle pas musicalement. Deuxièmement, je ne sais pas s’il y a un métier qui va avec la visualisation de l’information mais si ça existe, j’aurais volontiers suivi les études qui vont avec.

Image computée sur Lastgraph, trouvé via le passionnant Information Aesthetics.