C’est important pour mon Q

Je pensais que tout le monde était au courant vu le buzz sur internet ces derniers jours. Je m’étais donc abstenu d’en parler ici. Mais il semblerait que l’info ne soit pas sorti de la blogosphère geek alors finalement, moquons nous un peu de mon ancien employeur de cette multinationale américaine qui lance son nouveau téléphone PDA. En début de semaine, leur site web ressemblait à ça :

Réalisant leur erreur, le service communication a depuis corrigé le tir, quoique (indice, lisez “Q9” à voix haute) :

Mon département depuis 2000 [MàJ]

Ma boulangère est tellement sympa qu’en plus du bon pain, elle me propose des cartes postales publicitaires et des flyers. Hier, j’ai même eu droit à un autocollant pour décorer ma voiture, youpi ! Bon en même temps j’ai de la chance, certains départements ont fait pire…

MàJ : Bravo les cul-terreux, vous avez gagné votre combat à la con. À lire chez gawoul et benzeone.

Toulouse sous les bombes

Y avait du bobo, du rugbyman, de l’étudiant et du dreadlocks, pas franchement le public wesh de NTM, mais ça sentait quand même méchamment l’herbe et pas que sur passe passe le oinj. Kool Shen & Joey Starr ont 40 ans et un charisme fou; ils assurent vraiment. On ne peut pas en dire autant du public tout mou qui se croyait à l’opéra dixit Joey. Les deux compères ont eu leur passage solo avec Un ange dans le ciel (où Joey viendra faire câlin à un Kool Shen tout triste) et Carnival (qui durera 15 bonnes minutes). Mais on retiendra surtout l’incroyable énergie des classiques (toute leur discographie en fait !) avec une mention spéciale pour le deuxième et dernier rappel qui mixe le Smell Like Teen Spirit de Nirvana au mythique Seine-Saint-Denis Style.

C’était le cadeau d’anniv du ben mais le mien un peu aussi, merci monique !

Pas facile d’habiter chez les riches

La première fois que j’ai reçu un courrier de la mairie, c’était en 2005. DousteBlaBla y annonçait fièrement la fermeture du Mix-Art Myris rue de Metz. Ce squat accueillait des artistes plus ou moins doués dans le cadre du magnifique Grand Hotel. Le lieu était sympa, on pouvait y boire des bières à 1 euro en rencontrant des étudiants et des punks-à-chiens au son d’une musique improbable. Évidemment, pendant que je voyais là une animation bienvenue au milieu d’un quartier coincé, la municipalité maudissait cette horde de rebut de la société qui causait des problèmes de voisinages… mais ça reste encore à démontrer.

Trois ans plus tard, le Grand Hotel attend toujours d’être rénové1, la municipalité est passée à gauche et je reçois mon deuxième courrier. Trois feuilles A4 pliées dans une enveloppe distribuée à tout le quartier pour communiquer sur un problème fondamental. Jugez par vous-même…

[1] MàJ : Et j’apprends à l’instant que les travaux débutent le mois prochain.

LAST MINUTE PARTY

2

  • 1 panier de légumes, crevettes, lardons, fromage, tortellini
  • 6 pâtes brisées
  • 1 saladier de guacamole et ses tortillas
  • 4 boites Haribo
  • 16 bouteilles de vin
  • 6 bouteilles de champ
  • 5 bouteilles de vodka
  • 32 Red Bull
  • 26 bières
  • 6 Tetra Brick de jus de fruits
  • 8h15m49s de MP3 (soit 953 Mo)
  • 1 ampli monté jusqu’à -10dB
  • 27 ami(e)s fantastiques dont 3 4 merveilleuses cuisinières co-locotaires d’un week-end
  • 1 hôte comblé, merci !

Vicky Christina Barcelona

Du Woody Allen plus simple et léger qu’à son habitude. Des acteurs/actrices fantastiques avec une mention spéciale pour Penélope Cruz qui compense largement ses bouses hollywoodiennes par un rôle sur-mesure d’hystérique espagnole. Rebecca Hall est une parfaite intello new yorkaise touchante et détestable, Scarlett Johansson joue toujours mieux qu’elle en a l’air et Javier Bardem sent toujours autant le sexe à plein nez. Le titre l’indique et on n’a pas fini de l’entendre : Il ne faut pas oublier l’un des personnages principaux du film, la ville de Barcelone (dixit Allociné). Et c’est vrai que de ce côté là, on est servi. Vicky Christina Barcelona est sans doute la plus belle visite guidée de Barcelone depuis L’auberge espagnole. Surtout lorsqu’au détour d’une ruelle devant le MACBA, on reconnaît un figurant à la silhouette tellement familière… Cette fois c’est sûr, on est bien à Barcelone, pas dans un décor de studio !

VRB

Ouais ouais bon ok, y a peut être des trucs pas très clairs dans la Red Bull parce que là je me remets à peine de la soirée de samedi, celle avec les gens ennuyeux de l’UMP, mais heureusement y avait aussi mes amis – vous en tirez les conclusions que vous voulez – auxquels j’ai dit n’importe quoi jusqu’à 5h du matin en matant ce petit %&#! de Poitreneaud qui a eu le culot de relevez son t-shirt devant moi pour me rappeler que mon boulot à moi, c’est d’avoir le cul sur une chaise, pas de s’entraîner huit heures par jour. N’empêche que je descends à peine. Pourtant j’vous jure m’sieur l’agent, j’étais clean !

VRB = Vodka Red Bull, merci Fedex !
Image from cyberfrance