Ça tourne au texas (été 2013)

compil_ete2013

If you can’t read French, just follow the instructions here.

Si tu me pardonnes la médiocrité de mes enchainements, alors on va pouvoir passer au pourquoi du comment de ces douze titres qui tournent dans ma mon appart et mon cube (ce qui signifie indistinctement mon bureau et ma voiture). J’ai gardé les trucs un peu indé pour l’automne parce que tu m’as dit que l’été tu n’as pas envie de trucs trop barrés et puis tu as pris l’habitude du son un peu bizarre que je passe en fin d’année. La rentrée des classes est d’ailleurs déjà là et je suis pas mal en retard. Mais comme j’ai pas encore pris de vacances et que j’ai pas d’enfants dans les pattes, je me fous un peu des dates. Bon et puis je te rappelle qu’il fait encore 40 degrés chez moi (100° en VO). J’enchaine :

  1. Flako – Honey Drips. Je ne connaissais rien de cet artiste jusqu’au superbe mix Get Lost de Totally Enormous Extinct Dinosaurs (si tu n’y arrives toujours pas, tu peux dire T-E-E-D). Bref, le gars est chilien et a grandi en Allemagne (ah tiens ?) et même si sa courte discographie est assez inégale, je fonds sur ce titre aussi frais que naïf. Parfais pour une introduction en douceur.
  2. Moderat – Milk. La premiere note suffit pour reconnaitre le son allemand de Moderat. Tout a été dit sur le charme incroyable du couple Modeselektor + Apparat sauf qu’on les attendait au tournant pour la fameuse épreuve du deuxième album. La beauté lourde et progressive de ce titre m’a largement convaincu et j’hésite encore a l’écouter en courant dans un champs de blé ou en pleine montée a 5h du mat.
  3. Man Tear – Outside Amore. Ça aurait pu être le tube frais de l’été pour danser au ralenti sur les plages méditerranéennes. Mon morceau préfère de l’été est donc suédois comme le bureau sur lequel j’écris ce billet. Si tu n’es pas convaincu, ressers-toi un verre, baisse un peu la lumière, monte le son, mets toi a l’aise et danse un peu dans ton salon.
  4. Noir Cœur – Avalanche. Il fallait bien que je me casse à 8000 bornes de kilomètres de la ville rose pour découvrir par hasard ce groupe toulousain bien excitant. Je suis une grosse merde d’être arrivé trop tard au Bikini le soir où ils jouaient et j’avais vraiment essayé de motiver les potes mais l’inertie de groupe a eu raison de mes efforts. Faute de live, leur EP est vraiment chouette malgré un fort accent français, quoique sur ce titre ca passe encore. J’aime ce qu’ils essayent de faire, ça sonne comme un ≠FAUVE qui aurait posé ses guitares pour un peu plus d’introspection électronique.
  5. Jon Hopkins – Open Eye Signal. Jon Hopkins est anglais et ce titre est bien représentatif de son album puissant mais jamais violent, rond et équilibré, un peu comme un bon café serré qui aurait pu te tordre le bide mais préfère laisser un gout suave sur les papilles jusqu’a ce que tu te laves les dents.
  6. Michael Mayer – Good Times (Agoria Sunlune Mix). Et le lyonnais se colle au remix d’un titre de l’emblématique allemand (encore ?) Michael Mayer. Tape dans tes mains sur le synthé et pose ta voix féminine pour un titre pourtant bien moins house que l’original. Ça sonne club dans le bon sens du terme et je suis sûr qu’il y a moyen de mettre le feu au dancefloor avec un tube comme celui-là.
  7. Rachel Row – Follow The Step (Kink Beat Mix). Ça partait plutôt mal à l’écoute de l’original mais le bulgare a bien detourné ce morceau chiant pour en faire un  tube qui se glisse a merveille dans pas mal de sets en ce moment. Preuve s’il en fallait de son efficacité.
  8. Corduroi – Dream Lemur/Low Tides. Un peu de couleur locale pour cet artiste texan découvert en première partie de Gold Panda – difficile de ne pas l’aimer donc. Et même si ce titre sonne très classique (voire bien 90’s dans sa deuxième partie), il faut vraiment le voir en live pour apprécier tout son talent.
  9. Dirty Projectors – The Socialites (Joe Goddard Remix). Membre de Hot Chip, Joe Goddard a un son reconnaissable à dix milles et ses remixes sont toujours un vrai régal… comme sur cette version animée d’un titre du dernier (et sublime) album des Dirty Projectors. Folk comme il se doit, le remix prend un air légèrement punchy et réussi a mettre en avant la superbe voix d’Amber Coffman tout en évitant de sombrer dans une house trop putassière.
  10. Kölsch – Opa. Je ne connaissais pas ce DJ danois avant ce morceau et le fait qu’il figure sur pas mal de compil Ibiza ne m’inspirait pas vraiment confiance. Oui mais voilà, ce titre est bon et, même si j’ai ete incapable de l’enchainer correctement, je l’aime quand meme.
  11. Pitto – Mono Desire. Un titre estival et mélancolique, parfait pour se calmer sur la fin de ce podcast. Je n’ai aucune idée de l’instrument (supposé reel ?) qui joue cette mélodie des îles mais Pitto semble le décliner sur pas mal de morceaux pour mon plus grand plaisir.
  12. Daft Punk – Doin’ it Right. Le tube de Pharell  est sans doute la plus grande injustice que l’ont pouvait faire au dernier album de Daft Punk car, au delà de cet album plus produit qu’un morceau de Madonna, le vrai génie des deux français se fait attendre jusqu’au deux derniers tracks de l’album dont l’excellent Doin’ it Right sur lequel le chanteur de Animal Collective vient poser sa voix. Je veux tout un album de Daft Punk comme ça, ou alors d’Animal Collective. Peut importe du moment que la folk et l’électronique s’y marient avec autant de talent.

Leave a Reply