Tag Archives: architecture

Yokoso Japan #2: Tokyo Architecture

Ikebukuro: view from my hotel room

(click to enlarge any picture)

Buildings next to Ikebukuro Station
P1020761.jpg

Marunouchi: Tokyo International Forum designed by Uruguayan architect Raphael Viñoly in 1996.
P1020888-89.jpg

Ginza: a bulding behind luxury street Chuo-dori
P1020936-37.jpg

Ueno: thin buildings on main street
P1020959.jpg

Ueno Park: Gallery of Horyuji Treasures designed by Yoshio Taniguchi in 1999
P1030022-23.jpg

Taito: residential area
P1030064.jpg P1030068.jpg

Azumabashi: Asahi Super Dry Hall designed by Philippe Starck in 1989 next to Asahi Tower
P1030081.jpg

Odaiba: new buildings in front of Tokyo Harbor
P1030117-8-9-0.jpg

Fuji TV Headquarter in Odaiba designed by Kenzo Tange in 1996
P1030102-03.jpg

View from Odaiba bridge
P1030143-44-45.jpg

Shiodome
P1030180.jpg

Roppongi: detail next to National Art Center
P1030197.jpg

Tokyo Tower: a 332 meters orange Eiffel Tower
P1030214.jpg

View from Tokyo Tower
P1030230.jpg

Ebisu Garden Place: Joel Robuchon restaurant in the background
P1030241.jpg

Shinjuku: Tokyo Metropolitan Government Building designed by Kenzo Tange in 1991
P1030274-75.jpg

Harajuku: house
P1030293-94.jpg

Harajuku: Chanel, Bulgari & Moma building on Omote-Sando
P1030302.jpg

US Trip #13 – Build a house

Cultural differences are not only about what you watch, what you eat, how you dress or how you live, it’s also about how you do things. For instance, how do you build a house ? Ok, we all know most of US houses are made of wood and European houses made of concrete, blocks or bricks, depending on the regions. But how to build a house ? In France, we build a house just like Lego, step by step, from the ground to the roof with blocks or bricks then a wood frame. In Spain, I am always amazed to see they build concrete levels first and then, at the end, brick walls. In the US, they build an amazing complex skeleton of wood that draws the complete house. When they’re done, they fix large conglomerate boards on the walls and the roof. Then, your house is nearly finished and you can move in once painting, windows, electric and plumbing systems are finalized. You can also take advantage of being in a US house to visit your building site at night, be surprised by a burglar and have a hollywood fight where you easily break through walls and finally kill the bad guy with a nail gun. Enjoy it because you can’t do that in Europe !

US Trip #7 – Franck Lloyd Wright, ce Héros

Quand on débarque dans une ville inconnue, il existe plusieurs méthodes pour découvrir les lieux. La plus simple consiste à se laisser guider par un Guide du routard ou autre Lonely planet. La meilleure solution est, à mon goût, de faire appel à un(e) ami(e) du coin qui vous emmènera dans les meilleurs endroits. En dernier recours, il y a toujours moyen d’aller faire un tour en centre ville… sauf qu’aux États-Unis, il n’y a généralement pas grand chose à voir dans le centre à part des bureaux et des grattes-ciel. Heureusement, ma collègue française naturalisée citoyenne américaine m’a notamment recommandé la visite du Taliesin West, et je tiens ici à la remercier de tout mon cœur, vraiment.

Après consultation du site internet de la Fondation Wright, je me suis donc rendu à Scottsdale, au nord-est de Phoenix, en seulement 40 minutes de trajet — en voiture, bien entendu. Taliesin West se trouve au pied d’une des zones montagneuses entourant la ville, sur un plateau désertique qui offre une superbe vue. Il faut dire que Phoenix étant essentiellement plat, il n’est pas bien difficile de dominer la région dès que l’on prend quelques mètres d’altitude — pardon, quelques feets. Taliesin West est une superbe demeure des années 30 conçu par le génialissime architecte américain Frank Lloyd Wright. Il faut préciser West car un deuxième Taliesin se trouve dans le Wisconsin — il a d’ailleurs été construit 20 ans plus tôt. J’écris demeure, mais il serait plus juste de parler de campement, voire de campus. En effet, Wright est arrivé àPhoenix vers la fin des années 30 avec sa femme, ses enfants, et surtout ses étudiants. A l’époque, la ville était peu peuplée. Phoenix n’occupait que quelques kilomètres carré et n’était pas desservi par des autoroutes et autres interstates. Wright a donc posé ses valises puis il a expliqué son projet aux élèves. Je résume ici son discours en quelques phrases : Vous avez des pierres par là-bas, du sable sous vos pieds, des arbres pour le bois et du tissus que j’ai apporté. Pour l’eau il faudra aller à la ville même si je suis sûr qu’en creusant bien, on trouvera une nappe phréatique. Nous sommes dans le désert, vous devez respecter l’environnement et construire un bâtiment qui ne défigure pas les lieux. Construisez-vous des tentes pour commencer et on verra pour la suite.

Les élèves de Wright se sont donc mis au travail et 5 années plus tard, les bases de Taliesin West étaient là. L’épouse de Wright n’était quant à elle pas franchement enchantée mais elle ne parti pas en courant… moyennant quelques concessions bienvenues comme l’utilisation du verre pour fermer les nombreuses ouvertures dans les murs, des fenêtres quoi. La petite histoire raconte que cette femme perspicace ne supportait guère les multiples intrusions de la faune locale dans sa maison, ce qui parait on ne peut plus légitime vue la tête des bestioles qui rodent dans le pays !

Faute d’électricité, les locataires ont tout de même eu l’eau courante après de pénibles recherches — le forage permit de découvrir la principale rivière souterraine de la région qui continue d’alimenter toute la ville, jusqu’à son épuisement prochain. Au final, ce simplissime et superbe ensemble reste un modèle d’Architecture organique. Précurseur, Wright a voulu ce lieu modestement luxueux (!) en accord avec la régions et ses habitants. Le résultat est là : preuve d’un regard avant-gardiste — notamment écologique — qui contraste lamentablement avec la réalité de ce qu’est devenuPhoenix : une ville horizontale qui s’étend sur des miles, qui a transformé le désert d’Arizona en un terrain de jeu pour SimCity géant et qui, pour assurer sa splendeur présumée — mais parfois réelle — consomme des quantité astronomiques d’eau et d’électricité, tout en polluant massivement le ciel et la terre. Pourtant, Frank Lloyd Wright avait tracé dès le début du XXe siècle les grandes lignes d’une colonisation humaines réussies — des habitations jusqu’à la cité dans sa globalité. Malheureusement, Phoenix s’est construit à l’opposée de ses préceptes. C’est bien dommage, mais pas franchement surprenant… Juste retour des choses, Wright ne figure dans aucun guide touristique local et la municipalité ne lui consacre qu’un simple boulevard éponyme en plus de ses ouvrages disséminés dans la ville.