Tag Archives: video

I don’t buy DVDs (part 2)

Justice – A Cross The Universe

Le nouveau CD live de Justice est accompagné d’un DVD (ou l’inverse) contenant 60 minutes de documentaire signé Romain Gavras, So-Me et Justice. On y suit la deuxième tournée nord américaine du duo français pendant quelques 60 minutes. Le résultat est donc forcément sélectif et en l’occurrence plus que douteux. Qu’apportera ce film aux jeunes fans du groupe ? Au pire, une vision excessive de deux jeunes grisés par le succès. Au mieux, certaines midinettes seront séduites par les excès rock’n roll du duo parisien — de quoi parfaire le plan marketing du groupe. Qu’en penseront les fans de l’album ? Pas grand chose, si ce n’est que le groupe n’a rien à dire (dans ce documentaire) et qu’il est parfois bon d’apprécier l’œuvre sans trop s’attarder sur l’auteur. Et fort heureusement, le CD du live enregistré à San Francisco est absolument fantastique et justifie à lui seul l’achat du coffret.

Au delà du jeu de mot facile, A CROSS THE UNIVERSE pose une fois de plus la question du travail de Romain Gavras. Non content de la polémique qui a entouré la sortie de son clip Stress, le co-fondateur de Kourtrajmé abuse du montage MTV pour (re)construire une histoire qui fout plutôt mal à l’aise. Tel un journaliste de TF1 amené à pondre un sujet de 40 secondes sur les banlieues chaudes, Gavras use des mêmes artifices pour nous montrer… Ah oui tiens, pour nous montrer quoi au juste ? Un manager à l’inquiétante passion pour les flingues, un Gaspard accroc aux putes jeunes admiratrices et un Xavier éclatant une bouteille d’alcool sur la tête d’un fan agressif. La belle équipe ! Le traitement du thème de la violence est intéressant quand on le compare au PART OF THE WEEKEND NEVER DIES de Soulwax où Nancy Whang (LCD Soundsystem) explique rapidement que You know, there is always some incident […] and the crowd goes crazy, tearing out their eyeballs and their hair, punching each other in the face, puis nous montre un fan un peu amoché en guise d’illustration et l’affaire est bouclée. Évidemment, Gavras, lui, en fait des tonnes et préfère s’éterniser sur une anecdote pour nous montrer (démontrer?) comment tout peut rapidement partir en quéquette lorsqu’on est bourré, la main en sang désinfectée au whisky avec un gun dans le pantalon et 10000 fans autour… Ouais, forcément, ils n’avaient pas mis les chances de leur côté.

Le problème, c’est que là où Johnny Deep était brillant dans Las Vegas Parano, là où Poelvoorde était fantastique dans C’est arrivé près de chez vous, Justice et (surtout) leur manager antipathique sont pénibles et on aimerait presque que quelqu’un (au hasard le manager) meure vraiment à la fin, histoire de justifier cette descente aux enfers dans l’Amérique puritaine décomplexée au son de la nouvelle French touch. Ça aurait pu être marrant (et ça l’est par moment), mais à vouloir être subversif (en vain), on pourrait presque reprocher aux réalisateurs un certain conservatisme. Non mais sérieux Romain (et les autres), qu’est-ce que t’essayes de nous dire ? Que le succès monte à la tête ? Les Etats-Unis sont un pays de contraste ? Les jeunes ne savent pas s’amuser sans excès ? S’il te plaît, la prochaine fois, dis-moi quelque chose que je ne sais pas déjà.


La parole est à l’accusé avec 2 heures d’interview de Justice, de Romain Gavras et de sélection musicale plus ou moins pointue sur France Inter le 29 novembre dernier et aussi en vidéo chez Taddeï dans Ce soir ou jamais.

Illustration : image extraite du DVD A CROSS THE UNIVERSE

I don’t buy DVDs (part 1)

Soulwax – Part Of The Weekend Never Dies

OK, donc pour commencer, Soko nous explique en images la différence entre 2 many DJ’s, Soulwax, Soulwax Nite Versions et Radio Soulwax. James Murphy/LCD Soundsystem est un peu responsable du mythique NY Excuse que Justice confesse avoir méchamment samplé. Comme toujours, Busy P n’est pas très loin. Masaya (de Kitsuné) rode dans le coin et compare le son Soulwax à la fraise du dentiste. Tiga fricote avec les frères belges pour compenser son rêve manqué de monter un groupe. Peaches est alcoolique une vraie fan de Soulwax et Digitalism est (sont) trop dégouté(s) de ne pas avoir eu droit a son (leur) remix…

Plus efficace qu’une red bull1, le cd/dvd PART OF THE WEEKEND NEVER DIES m’a tiré d’un endormissement certain (vu mon état). Le montage est fantastique – avec une seule caméra – et donne furieusement envie de voir (re)venir l’été et la saison des festivals. Tourné aux quatre coins du monde, ce docu musical donne tour à tour envie de claquer sa thune en pass pour tous les concerts du groupe, de se mettre à la batterie, d’être pote avec les mecs les plus cools de la planète, de faire l’amour à Tiga, d’acheter un bus ou de s’installer à Berlin. Cerise sur le gâteau, on comprend enfin pourquoi This is the excuse that we’re making. Is it good enough for what you’re paying?. Un bon remède contre le froid et la Crise2. RDV sur le site web de Soulwax pour se mettre l’eau à la bouche avec douze samples à consommer sans modération.

[1] Sans majuscule car c’est devenu un nom commun, non ?
[2] Crise is a trademark of La world company.

WipEout 1995-2008

Tout a commencé en 1996 dans un appartement angevin enfumé où tournait un jeu de course anti-gravitationnelle sur Sega Saturn (R.I.P)… WipEout (qu’on peut littéralement traduire par extermination) était le premier jeu non-japonais (anglais en l’occurence) à débarquer sur Playstation. Pour calmer les nippons, le studio Psygnosis s’était payé les services du studio graphique The Designers Republic et d’artistes novateurs comme les Chemical Brothers. Ca n’a l’air de rien en 2008, mais à l’époque, un tel choix relevait presque de l’acte politique tant le mot techno était encore largement associé par les média à la drogue et aux excès d’une jeunesse soit-disant en perdition. Peu importe, car cette – relative – prise de risque a payé. WipEout était hallucinant, un jeu graphiquement chiadé dans un délire high tech, une bande son jouissive, un jeu à 500 km/h qui me rappelle à quel point Gran Turismo est lent. Allez hop, petit retour à l’époque des rave parties avec l’intro de WipEout sur PSone:

2 ans plus tard, ils remettent le couvert avec WipEout2097. Le gameplay ne change pas mais le titre apporte une nouvelle bande son et des circuits flambant neufs. Jouer avec le We have explosive de Future Sound Of London n’a toujours pas eu d’équivalent… Heureuse coïncidence, FSOL est également à l’honneur avec Herd killing sur le générique d’introduction. Démo :

Rebelote deux ans plus tard avec WipEout 3 aka Wip3out. Encore la même chose mais en plus beau, en plus conceptuel, en plus abouti et surtout, en haute définition… Ouais enfin… de la HD en 1999, c’était du 640×480 mais c’était déjà beaucoup pour nos yeux.

Tout bascule en 2002 avec le médiocre WipEout Fusion sur PS2. À vouloir se passer de The Designers Republic, le titre perd tout son charme. Le gameplay est là, mais l’univers à disparu au profit de perso dont on se fout royalement. Fin de l’histoire.

Et puis… avec l’arrivée des consoles nextgen, tout le monde se disait Putain, un WipEout sur PS3 ça déchirerait grave ! La rumeur a enflée jusqu’à devenir officielle. Quelques vidéos circulaient sur le net et la déception tomba cet été lorsque Sony annonça que le jeu était prêt… sauf qu’il venait de se faire recaler au test d’épilepsie ! Mais depuis hier, le jeu est enfin disponible sur le Playstation Network en version “démo jouable améliorée”. Le résultat est à la hauteur, et en fullHD, soit du 1920×1080. Alors je ne mettrai pas là la vidéo en qualité pourrie ici, mais si vous avez 5 minutes, un bon écran et une connexion haut-débit, téléchargez le trailer en 1080p sur le site officiel, ça vaut le coup d’oeil. Ah au fait, je vous ai pas dit… j’ai pas de PS3… Ne pas craquer, ne pas craquer…

US Trip #13 – Detroit LED Corridor

À mi-chemin entre « Les mystérieuses citées d’or » et « 2001, L’odyssée de l’espace » (Le point commun entre ces deux œuvres étant le passage avec ce long trip psychédélique lumineux), l’aéroport de Detroit possède un incroyable couloir qui relie les deux terminaux. Les murs sont recouverts de LED qui s’animent au rythme de la musique. Le résultat est superbe et je suis resté là, plusieurs minutes à bloquer.

South Park, l’intégrale

Temps de merde… Et pourtant la plus belle nouvelle depuis bien longtemps débarque comme ça, là, maintenant et tout de suite, sans prévenir : Hallelujah mes frères, les 12 saisons de South Park sont désormais disponible gratuitement en ligne et en anglais sur le site officiel southparkstudios. Champagne pour tout le monde, c’est moi qui régale !!!

Source : Numerama

Björk bourrée joue à la wii avec les extra-terrestres

  1. Ce n’était qu’un concept il y a quelques mois… et ça l’est toujours. Oui mais j’avais zappé le site web dédié à la Abduction Lamp. Une lampe amusante que j’aurais bien vu posée sur ma table de chevet d’enfant. Source : Computerlove
  2. Je ne vais pas parler de Bjök à chaque fois qu’elle fait un clip. Sauf qu’il s’agit cette fois de Declare Independance avec Michel Gondry aux commandes. Le résultat n’a pas encore été diffusé mais gageons que l’équation Björk + Mark Bell + Michel Gondry saura être aussi convaincante que le fut Joga ou Bachelorette (en 1997… ça calme.) Source : Gaffer63 via Michel Gondry blog
  3. Qui est le plus nerd ? Qui est Sarkoziste ? Qui a la plus grosse ? Ça dépend, t’as quoi comme console ? Wii vs PS3 vs XBOX360, une étude classique de marketing à la « dit moi ce que t’achètes, je te dirai qui tu es ». Source : Non Wii
  4. Il fallait bien que ça nous tombe sur le coin de la gueule un jour. Donc après le « fumer tue », le « bouger-manger », c’est l’arrivée des unités d’alcool sur les boissons vendues en France. Ouais, on va pouvoir s’amuser à savoir de combien de grammes on est bourré sans même investir dans un couteux ethylomètre. Plus d’infos sur le pictogramme informatif alcool avec reperes-alcool.com et 2340.fr. Source : CBNews

Happy AZF

Rahhhhh EN-FIN !!! J’en pouvais plus là, j’étais au bord du gouffre, du craquage, du pétage de plomb. Donc voilà, c’est parti pour 15 jours de congés d’été car oui, ce sont bien mes vacances d’été qui commencent maintenant. Note pour plus tard : prendre les congés hors saison c’est bien, mais avant de recevoir les impôts c’est mieux. Rien de prévu au programme si ce n’est me regarder le nombril et rien que le mien pour une fois.

Oublier qu’on bouffe du rugby à n’en plus finir avec comme prévu l’indigestion médiatique dont IBM ressort gagnant avec la seule pub télé où il n’est pas question de ballon ovale ; tout le reste n’est qu’esprit d’équipe, sortie de mêlée et renvoie dans les 22. Déçu par le Michalak burger qui déborde de fromage mais manque un peu de légumes, à moins que ce ne soit le pain… Oublier le sexe et autres stars à poil : mon récent post sur caveman a explosé tous mes records d’audience depuis la création de ce site. Sébastien Chabal, voici donc le nouveau mot-clé attrape google.

Manger de la création artistique voire commerciale avec la nouvelle pub de Michel Gondry pour le Motorola RAZR21. Une fois de plus mon regard brille face au talent du réalisateur carton-pâte, mais que cela ne fasse pas oublier l’insatisfaction de plus de la moitié des utilisateurs du RAZR concernant l’interface et l’ergonomie du téléphone, raison pour laquelle ils ne comptent pas acheter un RAZR22. Ce n”est pas parce qu’on débauche un designer de chez Apple qu’il faut se passer d’un ergonome. Pub toujours mais promis, après j’arrête avec le rugby (quoiqu’il y a un match ce soir non ?) : une excellente récupération du buzz actuel par le coq sportif3 dont est extrait la vidéo ci-dessous.

Écouter de la musique et continuer à en partager ici parce que c’est la rentrée et que les bons albums commencent à arriver. En attendant la compil’ de l’automne, bouffer du fluokids (avant l’indigestion annoncée) et danser sur les podcasts de Don Rimini. Piller le iMac de Bigou car il est bourré de bon son groovy qui va bien avec les feuilles jaunes dans les arbres et dévaliser mon disquaire en attendant le retour de TRAX sous le nom TSUGI pour mi-octobre.

Profiter d’un début d’éclaircie dans la vie de la citée toulousaine avec une nouvelle rue vous-n’aurez-pas-l’Alsace-Lorraine qui aurait pu être piétonne mais ne l’est pas parce qu’on est à toulouse et que le piéton n’a aucun droit face à un Porsche Cayenne. Se délecter du Printemps de Septembre qui, comme chaque année, illumine les nuits toulousaines à coup d’installations, spectacles et autres ciné-concerts. Se réjouir de l’ouverture simultanée du Bikini4 et du Phare, 2 nouvelles vraies salles de concert à Toulouse après 6 ans de galère dans les salles des fêtes et MJC de banlieue. Patienter quelques semaines avant de voir Agoria, Electrosexual, Data et Justice. En attendant, j’irai trainer à Barcelone ou à Paris, ou les deux.

[1] Via le blog de Gondry.
[2] Shame on me, je n’ai pas réussi à retrouver la source de cette information lu sur le web donc non vérifiée.
[3] Via le blog du marketing alternatif.
[4] Dommage que les 3 jours d’inauguration du Bikini ne soient que sur invitation.